Dans le cadre de la nouvelle édition d'Arts à la pointe - thématique : No(s) Frontières - Viviane Riberaigua présente The Cell à la chapelle Saint-Yves de Plogoff.


Note d'intention de Viviane Riberaigua


The cell est une installation vidéo interactive sur la frontière psychologique, l'enfermement d'un individu et sa capacité à fuir dans l'imaginaire, bâtissant les murs de sa propre prison mentale. Cette dernière le canalise dans les règles et le devoirs, voire l'autocensure qu'il s'inflige. Sa porte de sortie ? La fuite vers l'imaginaire.






© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Viviane Riberaigua, The Cell

Exposition du 12 juillet au 29 août 2009. Chapelle Saint-Yves - Plogoff 29113 Audierne.

Dans le cadre de "10 artistes investissent 10 chapelles, parcours d'art contemporain à la pointe du Raz" (Finistère).




Aujourd'hui, la situation historique amplifie le phénomène de frontière psychologique. Nous sommes tous de chaque côté de toute barrière géographique ou physique, dans un monde assez sombre. Les réfugiés, les clandestins qui fuient leurs pays sont eux aussi dans une fuite imaginaire car l'autre côté de la barrière les laisse rêver en un monde meilleur.


L'utopie source de toutes les évolutions humaines et de toutes les angoisses... l'imaginaire qui enferme, l'imaginaire qui a peur de l'autre, peur de l'inconnu ou rêve de changement... tour à tour en fuite ou prisonnier de ses peurs.


Voir vidéo de l'installation : http://viviane-riberaigua.com/the-cell.html




Viviane Riberaigua, The Cell, installation vidéo, 2009

Viviane Riberaigua, The Cell, installation vidéo, 2009

Descriptif de l'installation interactive


Les spectateurs se trouvent confrontés à la maquette d'une maison d'architecte, voire de poupée. Placée de manière centrale dans la pièce, elle fait écho à une projection vidéo d'une silhouette noire de femme qui court dans un espace blanc. Elle court dans un espace sans frontière. La maquette au milieu de la pièce est équipée de deux moniteurs vidéo et d'un système de vidéo surveillance. De cette manière, lorsqu'un spectateur s'approche, il se voit enfermé dans la maison - les écrans vidéo étant en effet les vitres de la maison. Cette maquette entourée d'un haut mur, lui-même souligné d'un fil barbelé, renvoie le spectateur au statut de prisonnier.


Que ce dernier se voie enfermé dans la prison, ou qu'il observe la silhouette en fuite, il observe deux phénomènes d'un même trouble. Paraissant en opposition, ils traduisent néanmoins le même propos : l'être humain tantôt en fuite, tantôt prisonnier de lui-même, observant le monde derrière les barreaux de sa cellule...


Viviane Riberaigua, The Cell, installation vidéo, 2009

Archives expositions personnelles France

  Viviane Riberaigua, The Cell
  Chapelle Saint-Yves, Plogoff
  12.07 - 29.08.2009

Archives expositions personnelles (R)